300

Après avoir évité de peu la crise de nerfs devant la boulangerie, l’excrément canin sur le trottoir et un motard daltonien, ou seulement déterminé à griller le feu rouge, il[…]

Lire la suite →

299

Primeur Clopes Boulangerie ­ La liste est une course de relais à n’en plus finir, une file d’attente qui jamais n’avance, ou si peu. Au fur et à mesure, la[…]

Lire la suite →

298

Devant le bureau de tabac, la queue est celle d’un chat rempli d’effroi : hirsute. Ceux qui attendent, pouces verticaux et satisfaits, sont espacés les uns des autres comme des poils[…]

Lire la suite →

297

« Vous savez ce que vous voulez ? » Le père de famille, organisé, sort sa liste : bien sûr, il sait. C’est un as de l’initiative, un expert en fait de décision. Aussi[…]

Lire la suite →

296

Réouverture de l’espace public : respiration en circuit fermé. Je hume enclume, l’air lourd comme l’atmosphère.   La situation n’est guère confortable. La tête baissée, les pattes d’oies se concentrent sur[…]

Lire la suite →

295

LA PEUR. — Je ne sais pas si j’arriverai de nouveau à parler aux autres, à voir du monde… je ne sais plus comment il faut faire, dehors. LA RAISON. — Ne[…]

Lire la suite →

294

Vous avez passé commande à 13h02 sur notre plateforme. Merci de patienter. Vous ne savez pas mettre un masque correctement ? Nous vous proposons de regarder la vidéo explicative « Démasquer les[…]

Lire la suite →

293

Acta est fabula ? Certainement pas. Les experts le disent : le virus est toujours en circulation, et sans doute pour longtemps. On l’imagine en tournée, dans son mini-van tout aménagé,[…]

Lire la suite →

292

Je ne savais pas que le gel hydroalcoolique était fabriqué à partir de betteraves. Je ne m’étais jamais posé la question parce qu’à vrai dire, j’utilise bêtement du savon, même[…]

Lire la suite →

291

J’ai besoin – ou juste envie, comment savoir – d’aller quelque part. D’aller là où ça ne me regarde pas. D’aller là où je ne m’appartiens plus. Dans un lieu[…]

Lire la suite →

290

Je doute que la situation – qu’on qualifie pourtant d’interminable – me laisse le temps d’en faire le tour. C’est que je suis lente, de nature ; et le vif du[…]

Lire la suite →

289

La terre est à deux doigts de devenir plate ; je suis à deux hémisphères du délire (ça complote dans mon dos) Le cerveau se retourne comme une crêpe au sarrazinzin[…]

Lire la suite →

288

Je ne savais pas que le nom de baptême du logiciel Skype était Sky peer-to-peer : un « ciel pair à pair », où chaque membre du réseau est à la fois client[…]

Lire la suite →

287

Ne sachant quand je pourrais reprendre la route, je poursuis la pause sur une aire d’autodoute. J’adopte quelques animalcules à défaut de certitudes. J’en donne les miettes aux pigeons (de[…]

Lire la suite →

286

Le judas est un balcon moins rectangulaire, le balcon un judas un peu moins rond : tous deux, figures avides de silhouettes. Quid du traître, celui qui passe ou celui[…]

Lire la suite →

285

Les librairies étant fermées, je redécouvre ma bibliothèque, fixée au mur à l’aide d’une cheville, comme s’il s’agissait d’un enfant retenu par la capuche afin d’éviter la chute en avant.[…]

Lire la suite →

284

Je ne savais pas qu’il existait suffisamment de fer dans le corps humain pour produire un petit clou. J’ai toujours apprécié ces modestes savoirs que certains disent inutiles ; et moi,[…]

Lire la suite →

283

Aujourd’hui, dernier jour de mars J’étudie les phases par lesquelles on passe   Du nombril jusqu’au bout du nez, et enfin : un peu plus loin. Le regard progresse et[…]

Lire la suite →

282

Il n’avait décidément rien à voir avec ces lézards qui restent là, sans rien faire, sinon de prendre le soleil comme s’il n’appartenait qu’à eux seuls ! Lui avait eu[…]

Lire la suite →

281

1. Roman-photo à l’appui, le journal local me propose de « revivre cette dernière journée de confinement ». Pour quoi faire ?   2. Entre deux articles dictés par des drones domestiques, le[…]

Lire la suite →

280

Hier, j’ai cherché à me débarrasser d’un malheureux grain de beauté, posé là sur ma main, comme une particule étrangère, pensant qu’il s’agissait d’une cendre de cigarette ou la peluche[…]

Lire la suite →

279

La cour de l’immeuble est sur écoute. — Je vais encore faire tourner une machine, apporte-moi tes pantalons. — On n’peut pas dire qu’ils sont sales… mon pantalon de pyjama,[…]

Lire la suite →

278

Certains jours n’arrivent pas à prendre de la hauteur, restent bouchés, bas comme le plafond des combles, la voûte des cœurs. Des bosses poussent, sur mon dos et sur mes[…]

Lire la suite →

277

« Vous pouvez être contagieuse sans le savoir. »   La mise en garde du pharmacien me rappela tout à coup celle d’un ancien amant que j’avais, selon ses dires, rendu malade.[…]

Lire la suite →

276

Printemps : première saison de l’année, située entre l’hiver et l’été, caractérisée par des jours plus longs, une température plus douce, une végétation renaissante. Des jours plus longs : assurément. Je confirme in[…]

Lire la suite →

275

Je ne stagne pas quand je me confine. Je discours çà et là. Adverbes de lieu et de choix.

Lire la suite →

274

Avertissement : Vous allez lire un texte qui n’a pas été généré automatiquement. Ce texte peut heurter la sensibilité des robots. Libre à vous de le signaler comme inapproprié ou bien[…]

Lire la suite →

273

« Bonjour, je suis votre conseiller virtuel. Je connais déjà beaucoup de réponses à vos questions et j’apprends un peu plus chaque jour. » Je n’avais jamais fait appel à un quelconque[…]

Lire la suite →

[Avortons – Fanzine]

Petite, je refusais de manger les œufs à la coque que ma mère préparait. J’en avais été dégoûtée le jour où j’avais repêché le petit germe blanc de l’embryon sur[…]

Lire la suite →

[Poupard chante Lou Valse]

Le 22 novembre 2019, à Grenoble, la librairie Les Modernes a accueilli la mise en voix et en vœu de mes textes. Grâce à l’époustouflant Poupard, ce soir-là, je m’entendais[…]

Lire la suite →

272

I. — Je n’ai aucun sens de l’orientation… — Intéressant — mais assez de physionomie — Intéressant — je vous ai reconnu, j’en suis ravie ! Ils sont vraiment bons, vos[…]

Lire la suite →

271

Sous les plaids je pachyderme — Ça craint comme tu sais rien faire de tes cinq doigts ! de la nuit, tout doux, me détache — Toi, tu sais pas[…]

Lire la suite →

[Pièce Détachée]

Les vêtements prennent vite l’informe de la douleur.   ♦ Ainsi commence la nouvelle que j’ai écrite pour Pièce Détachée, revue monothématique dédiée cette fois-ci au pantalon (comme l’indique fort[…]

Lire la suite →

270

Perdue au loin, retrouvée par le vague, je savourais un long moment d’inattention quand une silhouette extensible — en réalité un homme en combinaison de plongée — s’érigea devant la[…]

Lire la suite →

269

Le soleil ne savait plus où donner de la tête et, par malice ou bien désespoir, tapait sur celles des passants bigarrés et épars — casquette jaune, capeline rose, crâne[…]

Lire la suite →

268

Je ne savais pas que le martinet, une fois quitté le nid, ne se posait jamais plus sur terre, sauf par accident ou pour se reproduire. On le dit apus apus :[…]

Lire la suite →

267

Je ne savais pas que le jeune homme, sur l’estampe, s’apprêtait à abandonner en haut de la colline la vieille dame qu’il portait sur le dos. Au Japon, on appelle[…]

Lire la suite →

266

Je ne savais pas que la longueur des robes variait selon le rang occupé à la cour. Si la reine portait une queue de 11 aunes, les princesses de sang[…]

Lire la suite →

265

Il est des secrets que l’on ne sait pas garder. Je ne peux pas te dire mais j’ai perdu une dent de lait. Les mouchoirs sont tachetés de bave et de sang,[…]

Lire la suite →

264

Je ne savais pas que certaines enseignes d’hypermarchés étaient partenaires de l’opération Prospectus Utiles : au lieu de les jeter, tels quels, en boule ou par lot de dix, les[…]

Lire la suite →

263

La rue est noire comme un ongle prêt à tomber. Il est environ deux heures du matin. À cette heure-là, les personnes que l’on croise sont à fuir ou à[…]

Lire la suite →

262

Je ne sais pas combien de cheveux par jour je perds ; et ce qui m’ennuie le plus n’est pas tant la preuve indéniable d’une carence mère que de la retrouver[…]

Lire la suite →

261

Vous recevrez la tombe en kit à votre domicile, ce qui ne vous dispensera pas d’aller au cimetière. Vous assemblerez les pièces sur place, parmi les autres tombes moins sécables,[…]

Lire la suite →

260

Un perroquet géant – disons de la hauteur d’un lama et de l’envergure d’un albatros hurleur – vient de cogner contre la vitre de ma cuisine, comme le font parfois[…]

Lire la suite →

259

D’où provenait cette eau-de-vie de 20 ans d’âge – cave abandonnée, ferme cambriolée, simple gardiennage, troc en bonne et due forme, héritage d’un parent très lointain (presque flou), bonne affaire, libre-service[…]

Lire la suite →

258

Il n’est pas toujours évident de distinguer les lentes de certaines pellicules, et les cheveux décolorés ne facilitent pas du tout le travail de détection ; par principe de précaution, je[…]

Lire la suite →

257

Les chinois mangent tout ce qui est sous l’eau sauf les sous-marins, tout ce qui vole sauf les avions, et tout ce qui est sur terre sauf les voitures. C’est[…]

Lire la suite →

256

Je ne saurais retracer le cours des événements : ces derniers temps, je n’ai pas tenu mon journal avec grande assiduité. Aucune trace de ce que j’ai fait, ce qui m’a[…]

Lire la suite →

255

Je ne savais pas que le slogan des Bandidos était « nous sommes les gens que nos parents nous disaient d’éviter ». Redoutable stratégie de dissuasion, pensai-je… De toute évidence, j’allais faire[…]

Lire la suite →

254

Je ne savais pas que la pétanque devait son nom au fait qu’elle se pratique les pé tanqués, autrement dit les pieds fixes et joints, dans le sol comme un pieu.[…]

Lire la suite →