9

Je ne savais pas que Baudelaire avait appelé Reliquat le carnet contenant ses listes de projets et ses idées de poèmes, à proprement parler, interminables ; mais les restes sont toujours l’œuvre d’un tout, de la même façon que les miettes témoignent du festin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.