14

Je ne savais pas que la simple vue d’un mouton de poussière, pris en traître par l’œil comptant encore les ruminants de la nuit, pouvait anéantir le programme a priori parfait d’une journée à peine commencée, à l’image d’un brin d’air qui, s’immisçant dans un sachet sous vide, en souille définitivement le contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.