18

Je ne savais pas qu’il existait des « réveils à lancer », vilains mâtins destinés, pour s’éteindre, à être projetés contre le mur duquel l’individu vespéral est, non sans raison, mis au pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.