61

Je ne savais pas que mon voisin avait un chat (noir) qui n’attendait que la venue du beau temps (et l’accès à son modeste strapontin) pour enjamber le rebord de la fenêtre et prendre un bain avec Phébus. Longtemps, à la fenêtre, j’espérais que l’héliotrope animal tournât vers moi ses yeux tournesols et que je pusse, comme il fut le mien en ce décaféiné matin, devenir son soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *