62

Je ne savais pas qu’il existait depuis peu des « agences d’alibis » vers lesquelles se tournent les conjoints infidèles ayant, de toute évidence, encore moins d’imagination que d’argent à perdre. Ces créateurs d’excuses se targuent de faciliter la vie de l’adultère en palliant son cruel manque d’inventivité, mais le privent, finalement, de la moitié du plaisir en donnant à sa rocambolesque aventure un air de croisière tranquille : ne lui reste plus entre les mains que la chair, et pas même la petite gloire, tout de même plus durable que l’orgasme, d’avoir su, tout seul, comme un grand, tromper son monde avec brio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.