67

Je ne savais pas pourquoi riaient sans cesse les chroicocephalus ridibundus (mise à part cette seule hypothèse : qu’elles aient le sens de l’autodérision, et déjà eu l’occasion d’entendre leur nom savant). Après quelques jours passés en bord de mer à trouver malheureusement plus de coquilles que de coquillages, je dus admettre que ces sorcières sans balais volants avaient effectivement de quoi ricaner : sur un plateau, leur étaient servis ces quidams suintant autant que leurs beignets sous le soleil de midi, ces poissons fraichement péché, ces moules sauce roquefor, et autres calamars à l’aromène, amoureusement écrits à la craie ! Définie péjorativement, par l’encyclopédie Larousse, comme un « omnivore opportuniste se nourrissant du moindre détritus », la mouette rieuse, photographe à ses heures, s’alimente finalement moins de déchets que de véritables pépites visuelles ; et, si elle est opportuniste, ce n’est que dans la mesure où elle ne manque jamais l’occasion de prodiguer une petite leçon d’humour, leçon qui ne tombe pas toujours sous le sens, il est vrai, mais qui, dans un souci de catharsis toute théâtrale, manque rarement sa cible : le crâne écrevisse du parterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *