95

Elle ne savait pas me punir (j’apprendrai, plus tard, que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même). C’est pourquoi, après bien des tentatives pour la mettre hors d’elle-même, ma mère, je compris qu’elle m’avait, en toute circonstance, dans la peau ; et moi, dans l’os. Elle se serait punie en me punissant. Je ne fis donc plus aucune bêtise, même dans son dos qu’elle faisait souvent rond, même sous ses yeux, de vœux lourds, même sous son nez qui ne sentait rien venir, ni le bien, ni le mal ; seulement la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.