110

Je ne savais pas qu’un doppelgänger était, selon la terminologie allemande, le double (bien souvent imaginaire, et parfois maléfique) d’une personne. Et dire que, durant toutes les années où ces Saint-Bernards aux tonnelets de lithium m’en parlaient, j’ai toujours pensé qu’il s’agissait de la race du chien que j’avais quand j’étais petite ! Il s’agissait, précisément, d’un chien à mi-chemin entre le Dobermann et le Grand Münsterländer, sur lequel je galopais et devenais libre, amazone érogène… Selon certaines sources (mes parents), je n’aurais jamais eu de chien, mais n’aurais-je pas pu en avoir si j’avais été quelqu’un d’autre qui en avait un ? Il m’aurait fallu un peu plus de preuves à l’appui pour mettre la puce à mon oreille, et éviter ainsi cet incorrigible malentendu référentiel ! D’ailleurs, au sein d’une famille aussi respectable, comment mon chien aurait-il pu en avoir, des puces, et, de fait, m’en transmettre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *