132

Je savais combien la vie pouvait être dure, mais la sentence se confirmait : après m’être risquée à la croquer à pleines dents, me voilà édentée. É-den-tée ! Certes, je n’ai[…]

Lire la suite →

131

Je ne sais pas quoi faire de la pitié. Elle me coûte. Aussi, je la renvoie systématiquement à l’expéditeur, et sans enveloppe prépayée.

Lire la suite →

130

J’ai toujours su que j’étais une bonne personne ; toujours… jusqu’à ce que je ne rencontre mon surmoi, drôle de frimousse, drôle de fripouille, qui ne m’aimait pas plus que ça.

Lire la suite →

129

Je ne savais pas que Georges Perec avait habité au numéro 24 de la rue Vilin. Cette découverte a provoqué en moi une joie enfantine – c’est-à-dire, pure et pleine[…]

Lire la suite →

128

Je ne savais pas que le monde et moi pouvions présenter, après rapide observation, le même diagnostic, à quelques nuances près : multiples récidives de larmes blanches, énergie au chômage, accidents de[…]

Lire la suite →

127

Ils ne savaient pas, ces amoureux des bancs lubriques, qu’ils s’embrassaient rue du Béguin, et que leur présumé grand amour n’en était qu’un, un de plus parmi ceux de l’été[…]

Lire la suite →

126

Je ne savais pas que les insectes étaient divisés en deux familles distinctes : les ptérygotes (avec ailes) et les aptérygotes (sans ailes), ces derniers se divisant eux-mêmes en de multiples[…]

Lire la suite →

125

Je ne savais pas que l’axiome de Lavoisier, selon lequel « rien ne se crée et rien ne se perd, tout se transforme », n’était, en réalité, que la reprise de la[…]

Lire la suite →

123

Ils ne savaient pas si se revoir était une bonne idée : le déluge de pleurs, les cris électriques et les injures acides du matin même n’étaient guère de bons présages pour[…]

Lire la suite →

122

Ils ne savaient pas où allait les conduire ce charmant autocar – spécialement réservé à leur seul usage, par les soins du prodigue gouvernement –, jusqu’au moment où ils purent lire,[…]

Lire la suite →