139

Je ne savais pas que les règles, dans la terminologie hébraïque, renvoyaient à l’idée de séparation – non seulement la séparation avec l’époux, puisque la religion considère, paradoxalement, la femme aussi sale que sacrée, durant ses menstrues ; mais encore, à la séparation avec la mère. Pour ma part, je n’ai jamais été férue de séparations, qu’elles soient définitives ou temporaires : en toute confidence, la nostalgie me borde bien souvent dans le lit, où je dors entourée de peluches, si vieilles, les pauvres, qu’elles sont toutes atrophiées d’un œil, d’un bras ou d’une oreille, et, si je n’étais pas si piètre couturière, je ne manquerais pas de raccommoder mon cordon ombilical ; broder le passé. Décidément, je préfère de loin les orées. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.