158

Tu ne savais pas vieillir, tu avais tout juste la peau fripée du nouveau-né : comment, alors, aurait-on pu te prendre, si ce n’est au berceau, et en douceur ? Je t’ai écrit, en secret, une Ode à Odette ; tu viendras l’écouter, quand te le dira ton cœur.

On dit que les absents ont toujours tort, mais je ne t’en tiendrai pas rigueur, de vivre ailleurs, et peut-être même plus que dans mon cœur, où te seront toujours réservés la galette et le petit pot de beurre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.