161

Je ne sais pourquoi l’argot change les pieds en panards. J’ai déjà entendu quelqu’un prendre son « panard total » quand il retrouvait son canapé après une dure journée de travail, mais, le plus souvent, c’est au moment de la sortie estivale des orteils que l’insulte suprême se fait entendre : « Mais c’est que tu as de sacrés panards ! ». J’ai toujours trouvé le mot disgracieux ; je privilégie l’usage des petons. Une chose est sûre : le pied et ses variantes n’ont pas fini de nous faire marcher. A vrai dire, quand je regarde le panaris de mon index qui ne cesse de gonfler comme s’il cherchait à imiter le gros orteil, je me crois exempte de recherches étymologiques plus avancées : j’ai une vision assez empirique de la chose. Et quelle chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.