162

Je ne sais pas pourquoi l’on s’obstine à croire que je ne suis pas sociable ! On doit interroger les mauvaises personnes. Il ne faut pourtant pas se fier aux apparences : on entre dans ma chambre comme dans un moulin si l’on est capable de traverser les murs (j’admets ne pas supporter le grincement des portes, et j’apprécie que le sol soit touché le moins souvent possible). En somme, il suffit de ne pas être un moulin à paroles, et d’avoir un peu de savoir-vivre ; contre toute attente, il s’avère que les morts correspondent mieux aux critères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.