174

Je ne savais pas qu’un service de tennis pouvait atteindre deux cent soixante-trois kilomètres à l’heure. Les lanceurs de grenades, détestables figues de barbarie, ne sont décidément pas de vrais sportifs ! Ils se contentent de faire suer l’adversaire sur un terrain de colère, à ciel ouvert. Jamais la balle ne rebondit, il n’existe aucun échange, le jeu n’a aucune règle. Même le vent, censé circuler librement, est pris comme otage ; il devient, malgré lui, complice de la violence : on attend qu’il tourne en notre faveur, on pointe, et on tire. Depuis toutes ces années, on n’a toujours aucun vainqueur, mais subsiste, impuissant, un grand nombre de spectateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.