175

Si j’avais su me servir d’un marteau sans me frapper maladroitement le bout des doigts, j’aurais depuis longtemps cloué le bec du spectacle mortuaire qui me fait face ! Il ne cesse d’inventer de nouvelles scènes, faisant fi des entractes et de la tragique règle des cinq actes… il traîne en longueur. Résultat : mes conduits lacrymaux et ma vessie ne pouvant se soulager, je me tords sur le siège, finalement déformé par la pesanteur de ce corps encombré. Rétention d’eaux troubles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.