187

Je sais que j’ai loupé le coche ; ne me reste plus qu’à enfourcher un cheval de course, galoper à cru jusqu’à décharner mes adducteurs – le sang se mêlera à la robe bai, à chaque foulée, tel un pacte, un orgasme, une musique ; et lorsque j’aurai rattrapé mon retard, il me suffira d’apprendre, sur mes deux jambes, à marcher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *