189

Je sais combien je suis instable, un sol versatile, une anguille. Tu t’en accommodes fort bien, me semble-t-il. Il suffit de te regarder, grand gaillard aux pattes solides, marchant vers, puis sur moi, avec la précision d’une pendule ; et tu fanfaronnes, muni de tes béquilles invisibles, qui cognent sur nos chevilles, tandis que tu me déshabilles, acceptant, le temps d’un vertige, de mes reins, la bascule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.