191

Je ne savais pas qu’existait, dans un minuscule village de Bourgogne, la rue du Chat fou. A cet endroit, j’ai entendu dire que les habitants se jetaient de leurs balcons et qu’ils retombaient toujours sur leurs pattes ; néanmoins, la cause de la défenestration reste assez obscure. Peut-être que ces braves gens n’avaient d’autre richesse qu’eux-mêmes, et qu’ils voulaient, à leur façon, rendre justice au proverbe « jeter l’argent par les fenêtres »… Ce n’est qu’une hypothèse. Quoi qu’il en soit, ces acrobaties effrayaient tant les passants que l’on n’y trouvait jamais un chat ; un fou seulement, et, parfois, des serpents qui passaient le temps en se mordant la queue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *