199

Je sais bien que « ça promet » : je est enrôlé dans tes freins et tes filets, quand moi ne s’engage pas à grand-chose, pas même à se dégager du pire, de tes attaches fines bientôt démembrées. Je te procrastine, tu te tues à l’attache de nos amours endophages ; celles-ci partagent l’art et la manière de faire durer l’endorphine. Le futur n’est plus prétexte à l’usure : l’éros/ion est instantanée, profonde et gratuite. Déconstruite, reconstruite, tu m’anagrammatises quand je thanatos t’anaphorise. Enfin oui, je sais, ça promet, mais viens surmoi : malgré tout ça devrait pouvoir s’arranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *