201

Je ne sais pas encore si la pharmacienne s’en apercevra, lorsque je lui tendrai, méticuleusement pliée en quatre, l’ordonnance du médecin… mais, oui, je suis téméraire, oui, j’ai de l’audace, et oui, j’œuvre pour une cause un peu plus grande qu’un sinus qui s’épanche, un nez desquamé, ou un bouton de fièvre ! Tout ce que je souhaite, c’est retrouver la poétique fièvre ; celle qui fait suer les mots, en ponctionne les toxines et en éponge les humeurs. Parce que l’inspiration doit cesser d’être grippée, j’ai donc transformé, sur le papier, le Fervex en Ferveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *