221

Je ne sais pourquoi j’ai été licencié, se dit le littérateur, éberlué. J’avais pourtant, assidûment travaillé, un très bon mot d’excuse à présenter, quoique peut-être un peu long : tout un roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.