262

Je ne sais pas combien de cheveux par jour je perds ; et ce qui m’ennuie le plus n’est pas tant la preuve indéniable d’une carence mère que de la retrouver à même le sol. Cet irrépressible besoin alors de l’aspirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.