280

La cour de l’immeuble est sur écoute.

— Je vais encore faire tourner une machine, apporte-moi tes pantalons.

— On n’peut pas dire qu’ils sont sales… mon pantalon de pyjama, à la rigueur.

— Apporte-le illico alors ! Mais tu as bien vérifié les poches avant ? Vérifie bien tes poches, d’accord ? sinon les prochaines lessives seront foutues, avec tes mouchoirs.

L’intra-muros, intransigeant. 

— C’est déjà fait. Et puis, y’a pas de poches dans mon pyjama.

— Tu dis ça à chaque fois, « c’est déjà fait », et puis y’a rien de fait du tout… Cette fois-ci je me ferai pas avoir.

Ainsi que la présomption d’immunodéficience, reproches et méfiance s’installent : on ne sait plus à qui faire confiance.

— Tiens, regarde, regarde bien, ce que j’ai trouvé !

— Quoi, quoi encore ? un mouchoir ?

— Non. Ton attestation de déplacement dérogatoire !

 

Depuis mon petit balcon dérisoire – dépourvu de fleurs, de baies, d’herbes aromatiques ou de boutures, sans mignonnet noyau d’avocat prêt à germer –, je conclus donc que le pyjama était bel et bien pourvu de poches.

(Cette déduction ne me demanda aucun effort.)

(Il me restait suffisamment d’énergie pour porter ma chemise de nuit.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.