291

J’ai besoin – ou juste envie, comment savoir – d’aller quelque part. D’aller là où ça ne me regarde pas. D’aller là où je ne m’appartiens plus. Dans un lieu[…]

Lire la suite →

290

Je doute que la situation – qu’on qualifie pourtant d’interminable – me laisse le temps d’en faire le tour. C’est que je suis lente, de nature ; et le vif du[…]

Lire la suite →

289

La terre est à deux doigts de devenir plate ; je suis à deux hémisphères du délire (ça complote dans mon dos) Le cerveau se retourne comme une crêpe au sarrazinzin[…]

Lire la suite →

288

Je ne savais pas que le nom de baptême du logiciel Skype était Sky peer-to-peer : un « ciel pair à pair », où chaque membre du réseau est à la fois client[…]

Lire la suite →

287

Ne sachant quand je pourrais reprendre la route, je poursuis la pause sur une aire d’autodoute. J’adopte quelques animalcules à défaut de certitudes. J’en donne les miettes aux pigeons (de[…]

Lire la suite →

286

Le judas est un balcon moins rectangulaire, le balcon un judas un peu moins rond : tous deux, figures avides de silhouettes. Quid du traître, celui qui passe ou celui[…]

Lire la suite →

285

Les librairies étant fermées, je redécouvre ma bibliothèque, fixée au mur à l’aide d’une cheville, comme s’il s’agissait d’un enfant retenu par la capuche afin d’éviter la chute en avant.[…]

Lire la suite →

284

Je ne savais pas qu’il existait suffisamment de fer dans le corps humain pour produire un petit clou. J’ai toujours apprécié ces modestes savoirs que certains disent inutiles ; et moi,[…]

Lire la suite →