287

Ne sachant quand je pourrais reprendre la route, je poursuis la pause sur une aire d’autodoute.

J’adopte quelques animalcules à défaut de certitudes. J’en donne les miettes aux pigeons (de bonne compagnie).

Automobile, je vais et viens du banc en pierre à la pompe à essence : « ça fait la balade ».

 

Le virus, lui, véhicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.