289

La terre est à deux doigts de devenir plate ; je suis à deux hémisphères du délire

(ça complote dans mon dos)

Le cerveau se retourne comme une crêpe au sarrazinzin

La folie, maligne, se loge dans les alvéoles

Sa propagation, heureusement, réduite à deux dimensions : recto, verso

J’en ajoute une troisième, pour la dialectique, peut-être aussi pour la beauté du lest

recto, verso, dodo : des hauts des hauts !

(Il faut toujours penser à épeler les mots

Certains remontent le moral

Tiennent compagnie mieux qu’un animal)

Après tout, je n’ai pas à me plaindre, d’être un bipède engourdi

Une chance sur deux, au réveil, de se lever du bon pied

pays eux dés

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.