295

LA PEUR. — Je ne sais pas si j’arriverai de nouveau à parler aux autres, à voir du monde… je ne sais plus comment il faut faire, dehors.

LA RAISON. — Ne t’en fais pas : c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas.

LA RAISON DE LA PEUR. — Mais on n’a jamais su faire du vélo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.